Accueil > Soutien scolaire comment réagir > Problèmes et soutien nécessaire > Trouble de l’apprentissage : quelles solutions ?

Trouble de l’apprentissage : quelles solutions ?

mercredi 4 avril 2012

La difficulté d’apprentissage

Le trouble de l’apprentissage peut se présenter sous diverses formes et nombreuses peuvent en être les causes. Bien qu’il n’apparaisse, dans la plupart des cas, qu’en cours de scolarité, son origine peut toutefois provenir de la petite enfance. On attribue en général la difficulté d’apprentissage à l’incapacité de l’enfant à exploiter pleinement sa capacité intellectuelle. Cela peut par exemple se traduire par son inaptitude à se concentrer ou sa difficulté à mémoriser. Le trouble d’apprentissage entraine parfois des troubles du comportement, cependant cette relation de causalité peut aussi s’inverser.

Comment expliquer la difficulté d’apprentissage ?

Si certains analystes insistent plus sur les origines biologiques du trouble d’apprentissage, d’autres préfèrent mettre l’accent sur les facteurs environnementaux. Pour les premiers, le problème ne peut être résolu que par une intervention directe auprès de l’enfant. Les seconds cherchent à l’inverse à agir sur un domaine beaucoup plus vaste et tentent surtout de mettre en place une stratégie préventive. Cependant, il est possible de synthétiser ces deux approches afin d’aboutir à une solution efficace. De ce point de vue, le trouble d’apprentissage est inhérent à l’élève, sans toutefois négliger l’influence de son entourage sur son comportement. De ce fait, une intervention symétrique qui se focalise aussi bien sur la victime que sur son environnement est alors préconisée.

Les solutions du trouble de l’apprentissage

Bien que ce trouble soit d’emblée identifié comme étant un problème personnel de l’enfant, il concerne la société dans son ensemble. Le premier rôle du système éducatif est de faire en sorte que l’élève réussisse son parcours scolaire. Pour cela, une intervention à trois niveaux est préconisée : « la prévention primaire, secondaire et tertiaire ». La première met l’accent notamment sur l’instauration d’un climat favorable, facilitant la réussite scolaire de tous les enfants sans exception, comme la différenciation pédagogique par exemple. En ce qui concerne l’intervention de second ordre, elle concerne plus particulièrement les élèves plus vulnérables intellectuellement. La stratégie fait appel dans ce cas à la méthode de prévention ciblée. Quant à l’intervention tertiaire, elle a comme principal objectif d’éviter que le problème se creuse davantage.

Répondre à cet article