Accueil > Soutien scolaire comment réagir > Problèmes et soutien nécessaire > Retour sur la Journée du refus de l’échec scolaire

Retour sur la Journée du refus de l’échec scolaire

vendredi 12 octobre 2012

Le décrochage scolaire : un phénomène inquiétant

Ils sont près de 150.000 élèves à sortir du système scolaire chaque année. C’est en ayant fait ce triste constat que l’AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville), initiatrice de la Journée du refus de l’échec scolaire, a décidé d’enquêter sur les raisons qui poussent les jeunes à abandonner l’école. 32% des élèves abandonnent leur scolarité en classe de seconde, contre 17% en troisième. 11% décrochent en première et 8% en terminale.

Plus de 40% des sondés affirment par ailleurs qu’ils n’ont pas reçu le soutien nécessaire pour continuer leur scolarité. Par ailleurs, seulement 10% de ceux qui ont reçu un soutien, mais qui ont tout de même décroché, l’ont été par le système éducatif. Dans 57% des cas, ceux qui abandonnent l’école n’ont plus assez de motivation. Les mauvais résultats scolaires sont la première cause de cette perte de motivation.

Mieux soutenir et orienter les élèves

Une mauvaise orientation au cours de la période charnière (classe de troisième et seconde) pénalise bien souvent les élèves. La sensibilisation à l’importance du choix, notamment entre les filières générale et les professionnelles, est une mission primordiale du corps enseignant et des encadreurs. Une meilleure vision des parcours professionnels permettra par ailleurs aux élèves de trouver une vocation.

Pour mettre fin à l’engrenage de l’échec, un soutien scolaire individuel est également à mettre en place. Ce n’est pas uniquement le rôle des enseignants de soutenir un élève en difficulté. Les parents doivent également s’impliquer dans le suivi scolaire. Il existe aujourd‘hui de nombreuses structures bénévoles qui s’adressent aux familles à faible revenu. Si les moyens existent, il est vivement conseillé de prendre des cours particuliers sur les matières les plus difficiles. Une discussion régulière avec l’élève sur ses ambitions est également nécessaire.

Répondre à cet article