Accueil > Soutien scolaire comment réagir > Soutien psychologique > Mieux cerner l’échec scolaire

Mieux cerner l’échec scolaire

vendredi 18 novembre 2011

Les signes d’un échec scolaire

Le premier signe d’un échec scolaire est la difficulté d’adaptation de l’enfant à l’école. Il a du mal à s’intégrer en classe et à comprendre les leçons. En fait, on peut dire que ces deux facteurs sont plus ou moins corrélés. En effet, quand l’enfant n’arrive pas à s’adapter aux autres, il n’arrivera pas à se concentrer et forcément il n’assimilera pas les leçons données par son enseignant. Il se pourrait aussi que l’enfant soit complexé du fait de son retard par rapport à ses camarades de classe. Il aura alors du mal à tisser des relations avec eux. L’enfant développe quelquefois une agressivité vis-à-vis des autres élèves.

Les causes de l’échec scolaire

La dyslexie est l’une des causes principales de l’échec scolaire. À titre d’information, cette difficulté d’apprentissage concerne certaines matières comme le calcul ou la lecture. S’il s’agit particulièrement du calcul, on parle de dyscalculie. Un enfant qui a subi des violences dans le cadre de l’école présente un terrain favorable à un échec scolaire. En effet, ne s’y sentant pas en sécurité, l’enfant va refuser d’y aller. Le fait de redoubler est souvent perçu comme une honte vis-à-vis de ses camarades de classe et de sa famille. Un enfant précoce présentera aussi des difficultés scolaires, car les enseignements prodigués dans les classes classiques ne leur conviennent plus.

Ce qu’il faut faire en cas d’échec scolaire

Connaître le point de vue et les problèmes de votre enfant est la première chose à faire quand un échec scolaire se présente. Pour ce faire, vous faites appel à un psychologue scolaire ou à un pédopsychiatre. Il est aussi primordial d’en parler avec son enseignant dès que les premiers signes apparaissent. Vous l’aide aussi en valorisant le travail et les efforts qu’il fait afin de le motiver davantage. Il est fréquent de voir des parents qui s’en prennent à leurs enfants dès qu’il y a échec scolaire. Cette attitude est à éviter, car vous ne faites qu’aggraver la situation. En effet, chaque enfant a son propre rythme et n’est pas obligé de suivre vos pas.

Répondre à cet article