Accueil > Les programmes, la pratique et la méthodologie > Les formules adaptées à votre enfant > Les enfants handicapés et l’école

Les enfants handicapés et l’école

lundi 2 janvier 2012

Les problèmes des handicapés à l’école

L’intégration des enfants handicapés dans les lycées et les collèges est actuellement source de désaccord pour de nombreuses personnes. Bon nombre d’établissements scolaires ne sont pas pour cette idée et cela pour plusieurs raisons. D’abord, les chefs d’établissement ont tendance à considérer que les enfants handicapés constituent une charge supplémentaire pour l’école. L’argument avancé par les instituteurs et les directeurs d’établissement se fonde sur le trop grand nombre d’élèves par classe et la qualité de l’enseignement. Certains insistent sur le problème de manque de moyens. Les parents des élèves non handicapés sont aussi très hostiles à ce sujet. Il n’est pas rare qu’une pétition soit mise en circulation dans le but tout simplement d’interdire l’accès à l’établissement à un handicapé.

La loi du 11 février 2005 et l’Aide handicap École : la solution

La loi du 11 février se base essentiellement sur l’idée d’égalité de chance et de droit pour tous que ce soit handicapé ou pas tandis que l’Aide handicap école est une branche qui se charge de répondre aux questions relatives à la scolarisation des enfants handicapés. Entre 2005 et 2009, il a été alors constaté une augmentation de l’ordre de 40% de nombre d’élèves handicapés. En terme réel, ceci représentait en 2005 133 838 avant d’atteindre 187 490 en 2009. Les handicapés, désormais, bénéficient également d’un AVS-I (Auxiliaire de vie scolaire individuelle). En se référant aux statistiques de 2009, environ 25% des élèves handicapés jouissaient de cette aide précieuse. Il a été constaté également un accroissement de 10% du nombre des enseignants spécialisé entre 2005 et 2011.

Des leçons à tirer

Bien que ces chiffres soient vraiment exceptionnels, il semble que la question doit surtout se focaliser sur la morale afin que cette cohabitation ne soit pas une source d’amplification de la discrimination. Ainsi, les enfants doivent apprendre à accepter et à s’adapter à la différence. Ils doivent savoir s’intégrer dans un groupe qui ne leur ressemble pas, que ce soit du côté des handicapés ou du côté des enfants sans handicapé. Ainsi, le respect mutuel s’impose automatiquement. Il faut aussi souligner que n’importe qui peut être un jour victime d’un handicap.

  • Le 5 janvier 2012 à 15:01, par Caroline

    Je pense que le dernier mot de l’article n’est pas handicapé mais handicap ! Ce n’est pas la même chose...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article