Accueil > Les organismes de soutien scolaire > Les écoles de la deuxième chance

Les écoles de la deuxième chance

vendredi 9 décembre 2011

Réforme contre l’abandon scolaire

Une diversification des méthodes d’apprentissage ainsi que des méthodes d’évaluation continue sont préconisées afin de faciliter le retour dans le système éducatif. Des actions plus compétentes seront entreprises pour réduire l’abandon scolaire, comme le fait de prolonger l’obligation scolaire de 16 à 18 ans. La réinsertion des jeunes en situation de décrochage sera optimisée par la création de plusieurs écoles de la deuxième chance. Le Parlement européen recommande la mise en place d’un parcours éducatif varié avec la formation générale et la formation professionnelle. La proposition d’une démarche personnalisée et concentrée entre les acteurs impliqués tels les écoles, les autorités publiques, les services sociaux, les services de santé est également en cours d’élaboration. Des investissements au niveau national feront l’objet du perfectionnement des compétences du corps enseignant.

Cibles et objectifs de la réforme

D’après des chiffres récents, 52 % des jeunes ayant quitté l’école sans avoir de diplôme se retrouvent au chômage. La nouvelle réforme éducative répond parfaitement à l’objectif de la Stratégie 2020, prévoyant de reconduire le taux d’abandon scolaire en dessous des 10 %. Ces actions menées jouent un rôle important pour la croissance économique ainsi que la stabilité économique et sociale de l’Union Européenne. Effectivement, une réduction de 1 % de ce taux autoriserait l’économie européenne de placer 500 000 jeunes travailleurs qualifiés supplémentaires chaque année. Si la résolution cible les enfants les plus exposés à l’abandon scolaire, elle concerne surtout les enfants issus de familles pauvres, défavorisées ou de migrants. En effet, 20 % des enfants roms ne sont pas scolarisés et donc 30 % se trouvent en situation d’abandon scolaire.

École de la deuxième chance

La création des écoles de la deuxième chance remonte en 1995 et revient à Édith Cresson. Elles ont pour objectif de réduire le nombre de personnes de 18 à 24 ans n’ayant effectué que le premier cycle de l’enseignement secondaire sans poursuivre des études ou formations. Cette initiative européenne repose sur « Enseigner et apprendre : vers une société cognitive » en intégrant dans ces écoles de la deuxième chance la maitrise des savoirs fondamentaux : lecture, écriture, calcul, informatique... et sur la formation en alternance au sein de l’entreprise. La durée de la scolarité varie de 6 à 24 mois avec à la sortie un certificat niveau de compétences. Le taux de sortie est favorable vers une formation qualifiante à 64 %. Ces établissements reçoivent garçons et filles n’ayant pas validé un niveau V de qualification en n’ayant jamais eu d’expérience professionnelle en entreprise. Pendant sa scolarité, l’étudiant sera rémunéré au titre de la formation professionnelle.

Répondre à cet article