Accueil > Soutien scolaire comment réagir > Réussir la scolarité > La FCPE et l’Icem lancent la « Quinzaine sans devoirs »

La FCPE et l’Icem lancent la « Quinzaine sans devoirs »

vendredi 23 mars 2012

La loi de 1956 contre les devoirs

La Fédération des Conseils de Parents d’Élève ou FCPE, la plus importante association de parents d’élèves ainsi que l’Institut coopératif de l’école moderne lancent la « Quinzaine sans devoirs ». L’objectif est de rappeler que les devoirs sont inutiles, voire nocifs sur la santé des élèves. Les organisateurs de ces deux semaines de protestation se sentent d’autant plus légitimes dans leur action quand on sait qu’une loi datant de 1956 a abrogé les devoirs à la maison. Il est en effet clairement stipulé par l’arrêté datant du 23 novembre de l’année 1956, rappelé par la suite par différentes circulaires que les devoirs écrits à la maison sont strictement interdits.

Depuis, François Bayrou, alors qu’il était ministre en 1996, a évoqué l’interdiction, sans que cela ne fasse grand effet. En effet, il est constaté que 70 % des instituteurs en primaire continuent de fournir à leurs élèves des devoirs à faire à la maison. Pourtant, si l’on applique les textes, aucun travail écrit, qu’il soit obligatoire ou non ne doit être donné. Ainsi, les devoirs doivent se faire uniquement pendant les heures de classe.

Un site pour abandonner les devoirs à la maison

La FCPE ainsi que l’Icem s’appuient également sur des études démontrant le peu de nécessité, voire la nuisance que peuvent engendrer les travaux à la maison pour les élèves en dessous de 11 ans. En effet, ces derniers supporteraient mal les heures de travail trop prolongées, qui pourraient engendrer fatigue et stress, préjudiciables au développement de l’enfant. Les heures de travail exigées à l’enfant doivent ainsi se limiter aux 6 heures de cours quotidiens, dans le cadre de l’école. Ainsi, cette « Quinzaine sans devoirs » a pour but de rappeler cette vieille loi, souvent ignorée des instituteurs ainsi que les dangers pour l’enfant de se voir trop sollicité dès la primaire.

Les organisateurs ont par ailleurs ouvert un site sur Internet baptisé cesoirpasdedevoirs.blogspot.com pour recueillir les divers témoignages et sensibiliser le milieu scolaire à leur action. Pour l’Icem ainsi que pour les experts pédagogues favorables à la suppression de la pratique, la longue tradition des devoirs à la maison n’a aucune utilité pédagogique et sa pérennité n’est due qu’à de mauvaises habitudes perpétuées par le système éducatif français.

Répondre à cet article